Ermo

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 24 avril 2007

Vieille camarade

Ce soir j'ai peur. Elle arrive comme ça, il suffit d'un rien, de rien en fait. Comment décrire cette peur ? Ce n'est pas une peur étouffante, qui entoure, qui oppresse. Non, c'est une peur invisible, rapide, perçante. elle me donne des coups brefs, brusques, mais pas très forts. comme si elle jouait autour de moi et s'amusait à foncer vers moi pour me bousculer, toujours du côté où je ne l'attends pas. Je ne la vois pas, je ne comprends pas, il n'y a rien pour me protéger. Je cherche un abri mais il n'y a rien, comme dans un cauchemar. Aujourd'hui j'essaie de comprendre. De quoi ai-je peur, au fond ?

Lire la suite...

jeudi 4 janvier 2007

Mon fantôme

Me sens pas terrible ce soir. Une petite angoisse sournoise qui s'invite. Je ne l'ai pas vue arriver et tout à coup elle est là : je me demande ce qui ne va pas, pourquoi ce léger mal de ventre, pourquoi cette sensation de froid pas vraiment physique, pourquoi ce manque d'entrain soudain, et puis je ressens cette peur sourde, ce courant d'air, pourtant pas très fort, qui me vide doucement la tête. J'ai peur. Sans comprendre, je ressens le besoin de serrer une main, serrer très fort comme pour s'accrocher. Alors je reconnais le souvenir, tellement vivace malgré les nombreuses années qui m'en séparent aujourd'hui.

Lire la suite...

jeudi 16 novembre 2006

Autrui

De nouveau ce vide glaçant qui m'envahit. J'ai sans doute encore fait quelque chose de travers. Ma petite cervelle se met à tourner en boucle : la perte de mon grand-père ? cet entretien professionnel qui ne s'est pas très bien passé ? le fait que je n'ai pas rempli les objectifs que je m'étais fixés (y en a un paquet) ? Manque de communication ? Comme à chaque fois, j'hésite à prendre un médoc pour me calmer. Je n'ai jamais trouvé la bonne réponse à cette question : si j'en prends, j'ai l'impression de céder à la facilité et je ne suis pas content de moi après. Si je n'en prends pas, je m'inflige une souffrance certes supportable mais peut-être inutile (ou peut-être pas), ça a un côté un peu masochiste. Bref. Comme ça fait longtemps que je n'en ai pas pris, j'essaie de m'en passer.

Lire la suite...

vendredi 12 mai 2006

Tomber ou pas

Tout le monde a déjà vu l'un de ces dessins animés où un personnage finit par marcher ou courir dans le vide : parfois par distraction, souvent à cause d'un évènement quelconque qui mobilise toute son attention, une poursuite par exemple, et voilà le personnage qui continue à avancer dans le vide après être arrivé au bord de la falaise ou du toit d'un bâtiment, comme si de rien n'était. Il avance alors exactement comme sur la terre ferme pendant quelques temps, et puis survient la prise de conscience. Parfois c'est plus subtil, il y a d'abord un doute : on voit le personnage se poser la question, tâter fébrilement du pied autour de lui... Puis baisser la tête pour vérifier. Et là c'est le drame : il regarde en bas, réalise qu'il est dans le vide et qu'il est physiquement impossible de rester en suspension dans les airs. C'est seulement à cet instant qu'il tombe, et la chute est comme il se doit vertigineuse, longue, brutale et douloureuse à l'arrivée.

Lire la suite...

lundi 8 mai 2006

Terrifiante lucidité

Ces derniers temps ma petite tête déconnait pas mal. J'avais déjà connu quelques souffrances physiques, j'avais aussi eu des périodes où le moral n'y est pas, et puis j'avais conscience de ma tendance à me poser un peu trop de questions ainsi qu'à être plutôt dur avec ma pomme. Mais là c'était devenu franchement inquiétant, je me demande régulièrement ce que je fous là, dans ma vie, et les réponses que je trouve ne sont pas vraiment rassurantes, loin de là. Trop souvent j'ai l'impression de tomber dans un grand trou sombre et d'y couler dans une eau froide. Froide mais pas glaçante, juste un peu anesthésiante, exactement ce qu'il faut pour ne même pas chercher à en sortir, seulement se laisser attirer vers le fond, inexorablement...

Lire la suite...