Ermo

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clé - Enfance

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 6 janvier 2008

Hibernation

J'étais un enfant, mais la vie m'avait déjà jeté à la figure sa part de réalité sombre. Au point de me faire douter de l'existence d'autre chose dans la vie. J'étais jeune, j'avais souffert, j'avais eu peur. J'avais survécu, et jamais rien ni personne ne pourra me dire pourquoi, pour quoi. Ou plutôt si, peut-être moi-même, si un jour j'accepte de m'offrir ma réponse à moi, a posteriori. Je n'en tire aucune gloire, je n'avais aucun mérite, l'instinct de survie est universel. Juste une expérience particulière.

Lire la suite...

mercredi 19 septembre 2007

Cette nuit-là

Souvenirs, souvenirs... je me suis souvent demandé ce que ça faisait d'avoir eu une enfance "normale". Est-ce qu'on en garde quand-même des traces marquantes ? C'est bizarre à imaginer pour moi, j'ai l'impression qu'il me manquerait quelque chose. Évidemment je ne veux pas dire que je suis content d'avoir déjà eu mon premier cancer, faut pas déconner... Mais je reconnais que j'ai comme une sorte d'affection pour mes vieilles cicatrices (physiques ou non). C'est du mauvais souvenir mais c'est du souvenir quand-même, ça m'appartient, ça me construit, ça constitue une part de mon identité. J'ai même longtemps cru que mon identité n'était que ça, d'ailleurs. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai le sentiment que je n'aurais pas aimé être celui que j'aurais été sans "ça". C'est sûr qu'il aurait été drôlement différent de moi, ce con. Bref, c'était juste pour dire que je ne porte pas mon histoire comme un poids insupportable, c'est la mienne et elle en vaut bien d'autres. En revanche, j'aimerais savoir m'éloigner de quelques vrais-faux souvenirs encore chauds malgré les années.

Lire la suite...

vendredi 27 juillet 2007

Les montgolfières

Dans la suite de ce que je racontais hier, je me souviens d'un rêve qui m'a marqué, dans la période où j'étais malade. C'était avec des motgolfières, des tas de montgolfières. Pour comprendre d'où m'était sortie cette idée c'est assez simple : mes parents nous avaient emmenés, mes soeurs et moi, voir une manifestation qui rassemblait plein de montgolfières (un festival, une compétiton peut-être ?). Je suppose que le spectacle m'avait impressionné, et qu'il avait eu lieu pas très longtemps avant.

Lire la suite...

samedi 1 juillet 2006

Les dimanches

Il était une fois un petit garçon qui vivait heureux avec sa famille. Souvent il jouait avec ses deux petites soeurs, ensemble ils inventaient des tas de jeux. Son papa leur lisait des histoires le soir avant qu'ils aillent dormir. Certains jours, sa maman leur faisait de bons gâteaux. Comme tous les enfants, il allait à l'école. Il s'appliquait en classe pour apprendre des choses, et il aimait jouer avec ses amis à la récréation. Il arrivait parfois que sa maman soit énervée, que son papa soit malade, ou qu'il se dispute avec ses soeurs. Mais la vie était somme toute plutôt agréable, pour lui comme pour beaucoup beaucoup d'enfants insouciants à travers le monde.

Lire la suite...

samedi 3 juin 2006

Tel père tel fils et toutes ces conneries

Regarde papa, j'ai bien travaillé à l'école.
Regarde papa, je lis des livres de la bibliothèque.
Regarde papa, j'ai battu la maladie.
Regarde papa, j'ai tout bien fait la communion, la profession de foi et toutes ces conneries.
Regarde papa, j'ai réussi mes études...

Lire la suite...

lundi 8 mai 2006

La pluie

J'aime la pluie. Je pourrais l'aimer rien que parce que la plupart des gens ne l'aiment pas, mais ce n'est pas pour ça. Ce n'est d'ailleurs pas si original que cela. Ce goût un peu déraisonnable, je l'ai rencontré ici ou là, chez des personnes du monde réel ou d'un autre, dans des romans par exemple. Il y a alors toujours ce petit sentiment de complicité, comme si on partageait là un tout petit morceau de sagesse inaccessible au plus grand nombre. Car le plus grand nombre qualifie de mauvais le temps lorsqu'il est à la pluie, et s'en plaint comme d'une fatalité. On lui accorde seulement comme circonstance atténuante sa nécessité à la survie des plantes en général, celle des fruits et légumes en particulier, et accessoirement celle des agriculteurs.

Lire la suite...