Ermo

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clé - Dépendances

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 10 novembre 2008

Loser

L'excitation. D'abord légère, tu commences tranquille, tu te laisses le temps de réfléchir, tu observes. Puis elle augmente, elle commence par des signes d'impatience, un peu de nervosité. Tu vas plus vite. Tu réfléchis moins. La tension monte, tu te laisses embarquer plus loin, sans aller encore au bout. Tu t'accroches. Tu deviens fébrile. Tu joues, tu joues encore, tu joues trop, tu risques de plus en plus gros. Tu oublies de prendre en compte la psychologie de l'adversaire. Ça va de plus en plus vite, tu n'attends pas, tu fonces, tu veux réussir, tu veux les baiser. Tu te laisses envahir par l'orgueil, la rancune te guide n'importe où, tu fais n'importe quoi, tu ne crois plus personne, tu te plantes, tu y retournes encore, ça continue, ça joue, tu y crois trop, tu recommences encore une fois, tu merdes encore... Tu te dis stop, tu voudrais t'arrêter, rien n'y fait, tu es aspiré, encore, encore une fois, juste une fois... Tu crèves d'impatience, tu en oublies d'aller pisser, tu ne prends même plus le temps d'allumer un clope, tu te dis "cette fois-ci", oui cette fois-ci ce sera toi, tu fonces comme un taré, les mises s'envolent, tu perds le sens de la mesure, tu suis, tu y crois trop, tu plonges, l'adrénaline, les palpitations, les tremblements, le grand moment où tout bascule, oui, non, si, encore, encore, encore !!!

Lire la suite...

jeudi 15 novembre 2007

Attachements

Légèrement bourré ce soir, en mode bad trip. En général l'ivresse m'est plutôt agréable, même si elle me laisse toujours un soupçon de culpabilité. Au fond c'est assez simple : boire pour s'amuser avec des copains, c'est cool, boire pour s'anesthésier avec des gens que je ne connais pas assez pour me sentir vraiment bien avec eux, c'est mal barré. Faut dire que la journée n'avait pas très bien commencé : déjà j'avais mal dormi, en plus j'ai été réveillé trop tôt à cause de la circulation matinale inhabituelle, et puis je vais vite me lasser de devoir marcher au lieu de prendre le bus ou le métro (pourtant j'ai naturellement une certaine sympathie pour les gréviste, le côté rébellion contre l'autorité je suppose ?).

Lire la suite...